Terceira

  • Angra do Heroísmo, ville patrimoine mondial de l’Unesco, vue du mont Brasil
  • Mistérios Negros — un des sentiers de randonnée de Terceira
  • Praia da Vitória, située sur la côte est de Terceira, est une ville aux traditions nobles
  • Serra do Cume

Histoire

Troisième île de l’archipel à être reconnue par des navigateurs portugais, probablement entre la fin des années 1420 et le début des années 1430, elle reçoit tout d’abord le nom d’Île de Jésus-Christ. L’adoption ultérieure du nom de Terceira (Troisième) rend compte de l’ordre des découvertes précédentes, Santa Maria et São Miguel. Son peuplement est plus tardif que celui du groupe oriental, puisque ce n’est qu’en 1449 que l’Infant Dom Henrique charge Jácome de Bruges, flamand de naissance, d’humaniser l’île. En dépit de ce premier investissement, le peuplement effectif ne sera réalisé qu’à partir de 1470, avec pour zones centrales Praia et Angra, qui essaiment des villages dans le reste du territoire.

Aux XVe et XVIe siècles, l’importance de la baie d’Angra n’est pas seulement notoire en tant qu’entrepôt commercial interne, centre du circuit de marchandises régionales produites dans les autres îles, mais elle assume aussi un rôle fondamental comme escale intercontinentale entre l’Europe et les distantes Indes et Amériques. La ville d’Angra, fondée en 1534, devient le pivot politique, économique et religieux des Açores, et vers elle abondent les métaux précieux et les épices exotiques qui font de l’île une cible privilégiée et permanente des corsaires anglais, français, espagnols et flamands.

En 1580, à la suite de l’accession au trône du Portugal du roi espagnol Philippe II, Terceira appuie les prétentions de Dom António, Prior do Crato, le candidat portugais. L’Espagne cherche à vaincre la rébellion, mais le premier débarquement de troupes castillanes, en 1581, s’achève par une lourde défaite dans la fameuse bataille de Salga. Deux années plus tard, les Espagnols reviennent en plus grand nombre et dominent enfin l’île après de violents combats. Avec la Restauration de 1640, le Portugal retrouve l’indépendance et Terceira consolide sa position centrale dans l’archipel.

La bravoure des îliens est de nouveau mise à l’épreuve pendant les guerres libérales. La population de Terceira, dans sa majorité partisane de la cause libérale, réagit contre le pouvoir absolutiste, déjà confortablement installé dans d’autres régions. En 1829, une féroce bataille navale s’achève par la défaite des troupes absolutistes de Dom Miguel qui prétendaient débarquer sur la plage de Praia. De là lui vient le nom de Praia da Vitória (de la Victoire). Durant cette période historique troublée, Terceira devient la base d’où Dom Pedro IV organise la reconquête du trône et consolide la monarchie constitutionnelle. Angra est nommée capitale du royaume de Portugal, et on ajoute à son nom l’épithète « do Heroísmo » (de l’Héroïsme). En 1832, on assiste au départ des troupes vers le continent : elles débarqueront sur la plage de Mindelo, moment-clé de la victoire des idées libérales.

Pendant la seconde guerre mondiale, les Britanniques sont autorisés à installer une base militaire près de Praia da Vitória. Celle-ci sera plus tard cédée à la Force aérienne nord-américaine. La fameuse base de Lajes, encore en activité, a apporté de nouvelles influences aux habitants locaux. Jalouse de son passé historique rempli de hauts faits, Terceira continue à être une île dynamique dans le contexte de l’archipel. Le centre historique d’Angra do Heroísmo a été reconnu par l’UNESCO, en 1983, patrimoine mondial de l’Humanité.

Saillants